Élections à Chaingy

Cette page recense les résultats de l’ensemble des votes, élections et référendums ayant eu lieu dans la commune de Chaingy (Loiret) depuis 2000.

Les élections municipales de 2008 ont lieu le 9 et le . Pour la commune de Chaingy, les conseillers municipaux sont élus selon le mode de scrutin majoritaire. Compte tenu du nombre d’habitants dans la commune lors du dernier recensement, le conseil municipal est composé de 23 membres conformément au Code général des collectivités territoriales. À l’issue des élections qui se déroulent en un seul tour et dont les résultats figurent ci-après, Jean-Pierre Durand est élu maire.

L’élection des conseillers généraux a lieu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, la moitié des sièges dans chaque département étant renouvelée tous les trois ans. Le département du Loiret comprend 41 cantons. La commune de Chaingy est sur le territoire du canton de Meung-sur-Loire.

Les élections cantonales de 2011 ont lieu les 20 et . Éric Dolige (UMP) est élu conseiller général au 2e tour avec 59,5 % des suffrages exprimés sur le canton et 53,13 % des voix sur la commune. Il devance Patrice David (Europe Écologie – Les Verts) qui obtient 46,87 % sur la commune et 40,5 % sur le canton. Le taux de participation est de 37,34 % sur la commune et de 39,2 % sur le canton.

Les élections cantonales de 2004 ont lieu les 21 et . Éric Dolige (UMP) est élu conseiller général au 2e tour avec 61,45 % des suffrages exprimés sur le canton et 56,7 % des voix sur la commune. Il devance Gérard Gascoin (VEC) qui obtient 43,3 % sur la commune et 38,55 % sur le canton. Le taux de participation est de 62,42 % sur la commune et de 63,7 % sur le canton.

Les élections régionales renouvellent les 25 conseils régionaux de Métropole et d’outre-mer ainsi que l’Assemblée de Corse. Les conseillers régionaux sont élus dans chaque région au scrutin de liste à deux tours sans adjonction ni suppression de noms et sans modification de l’ordre de présentation. Dans la région Centre, 77 sièges sont à pourvoir.

Les élections régionales de 2010 ont lieu les 14 et 21 mars. Les résultats pour la commune sont les suivants :

Les élections régionales de 2004 ont lieu les 21 et 28 mars.Les résultats pour la commune sont les suivants :

Les élections législatives de 2012 se déroulent sur deux tours de scrutin les 10 et 17 juin, dans la continuité de l’élection présidentielle qui s’est tenue les 22 avril et 6 mai 2012, selon un mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Un redécoupage des circonscriptions législatives est réalisé en 2010 pour tenir compte de l’évolution de la démographie française et pour répondre à une demande du Conseil constitutionnel. Le nombre total de députés, 577, désormais inscrit dans la Constitution depuis la réforme de la constitution française de juillet 2008, reste inchangé, mais certains départements voient le nombre de circonscriptions et leur composition modifiés. Le département du Loiret voit ainsi leur nombre passer de 5 à 6.
La commune n’est pas concernée par le redécoupage et reste rattachée à la 2e circonscription.

Les élections législatives de 2007 se déroulent sur deux tours de scrutin les 10 et 17 juin. Le découpage électoral est le même que celui des élections de 2002. Sans surprise, la majorité sortante UMP est reconduite, quelques semaines après l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, avec toutefois un nombre de sièges réduit par rapport aux précédentes élections. Dans la 2e circonscription du département du Loiret, dont dépend la commune de Chaingy, Serge Grouard est élu au 2e tour avec 54,65% des suffrages. Les résultats pour la commune sont les suivants :

Les élections législatives de 2002 des députés de la XIIe législature ont lieu les 9 et , dans la foulée de l’élection présidentielle de 2002 qui a vu la réélection de Jacques Chirac. La droite parlementaire sort largement vainqueur de ces élections, marquées par un nouveau record d’abstention (39%). Les députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans 577 circonscriptions, le département du Loiret en comportant cinq. La commune de Chaingy est sur le territoire de la 2e circonscription qui voit la victoire de Serge Grouard (Union pour la Majorité présidentielle, élu au 2e tour avec 57,59 % des suffrages exprimés). Les résultats au niveau de la commune sont les suivants :

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2012 voit s’affronter dix candidats. François Hollande, candidat du Parti socialiste, et Nicolas Sarkozy, président sortant et candidat de l’UMP, se qualifient pour le second tour, avec respectivement 28,63 % et 27,18 % des suffrages exprimés. Parmi les candidats éliminés, Marine Le Pen (17,90 %), Jean-Luc Mélenchon (11,10 %) et François Bayrou (9,13 %) obtiennent des scores significatifs. À l’issue du second tour, deux semaines plus tard, François Hollande est élu président de la République avec 51,64 % des suffrages exprimés, contre 48,36 % à son adversaire.
À Chaingy, Nicolas Sarkozy arrive en tête du premier tour avec 31,54 %, suivi de Marine Le Pen avec 22,1 % et enfin de François Hollande avec 21,87 %. Viennent ensuite François Bayrou avec 11,1 %, puis Jean-Luc Mélenchon avec 7,6 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 39,67 % pour François Hollande contre 60,33 % pour Nicolas Sarkozy avec un taux d’abstention de 82,7 %.

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2007 a été marqué par une participation exceptionnelle avec un score de 83,97 % des inscrits. Ce taux est comparable à celui du premier tour de l’élection présidentielle de 1965 qui était de 84,7 % et celle de 1974 qui était de 84,2 %. Nicolas Sarkozy (31,18 %) et Ségolène Royal (25,87 %) arrivent en tête pour le premier tour de l’élection devant François Bayrou (18,57 %) et Jean-Marie Le Pen (10,44 %). Au second tour, Nicolas Sarkozy est élu Président de la République française, avec 53,06 % des suffrages, contre Ségolène Royal avec 46,94 %.
À Chaingy Nicolas Sarkozy est arrivé en tête au premier tour avec 35,26 %, suivi de Ségolène Royal avec 20 %, François Bayrou avec 19,52 % et enfin Jean-Marie Le Pen avec 11,1 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 60,13 % pour Nicolas Sarkozy contre 39,87 % pour Ségolène Royal avec un taux d’abstention de 13,9 %.

Le 21 avril 2002 est inédit dans la vie politique française, puisqu’un représentant d’un parti classé à l’extrême droite de l’échiquier politique a réussi à se qualifier pour le second tour d’une élection présidentielle. Jacques Chirac est réélu président de la république avec le plus fort score depuis la création de la Cinquième République : 82,21 % ; Jean-Marie Le Pen obtient 17,79 % des suffrages exprimés.
À Chaingy, Jean-Marie Le Pen arrive en tête au premier tour avec 20,74 %, suivi de Jacques Chirac avec 14,74 %. Viennent ensuite Lionel Jospin avec 12,61 %, François Bayrou avec 7,46 %, puis Arlette Laguiller avec 6,37 %, Noël Mamère avec 5,52 %, Jean Saint-Josse avec 5,28 % et aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 81,44 % pour Jacques Chirac contre 18,56 % pour Jean-Marie Le Pen avec un taux d’abstention de 18,04 %, résultat inférieur aux tendances nationales.

Le référendum sur le quinquennat présidentiel, visant à réduire la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans, a lieu le . La question posée est : « Approuvez-vous le projet de loi constitutionnelle fixant la durée du mandat du président de la République à cinq ans ? » Les électeurs votent « oui » à une large majorité (73,21 % des suffrages exprimés), dans un contexte de forte abstention (69,81 %). Localement, les votes sont respectivement de 68,74 % pour le „oui“ et de 31,26 % pour le „non“.

Le référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe a eu lieu le . À la question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? », le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés. Ce troisième référendum français sur un traité européen (après ceux de 1972 et 1992) est le premier à être rejeté. Localement les électeurs de la commune votent à 46,26 % pour le „oui“ et à 53,74 % pour le „non“.